Partager cette page
logotype-nexem-cmjn-01-300x132
13 juin 2018

Autisme : 31 recommandations des parlementaires pour améliorer la prise en charge

Au lendemain des recommandations faites par la Cour des comptes et de l’annonce de la stratégie du Gouvernement, la mission parlementaire sur la prise en charge de l’autisme a rendu ses conclusions au CEC. 31 propositions pour améliorer la prise en charge.

Présenté le 6 juin 2018 par les députés Nathalie Sarles (LREM) et Daniel Fasquelle (LR), le rapport complète et conforte, selon eux, les positions nationales. Le comité a d’ailleurs approuvé les axes de la stratégie nationale. Ainsi, le rapport est articulé autour des mêmes priorités : repérage et diagnostic précoce, formation des professionnels de santé, inclusion, emploi, information des familles et recherche.

Concernant la recherche, les parlementaires se prononcent pour la création d’un institut national autisme, à l’instar de ce qui a été fait pour le cancer, avec l’Inca. Les parlementaires espèrent, d’ailleurs, la mise en place d’une coordination encourageant les recherches et les publications.

Le repérage et le diagnostic doivent, selon les rapporteurs, être au cœur de la stratégie. Ils rappellent qu’un diagnostic précoce permet aux enfants d’acquérir plus d’habilité sociale. Ils souhaitent ainsi que les médecins généralistes puissent intervenir plus facilement en premier recours. La mise à disposition de la grille M-chat permettrait, par exemple de détecter les premiers signes de l’autisme chez les enfants de 16 à 30 mois. Daniel Fasquelle préconise, par ailleurs, la mise en place d’un maillage territorial pour le diagnostic de l’autisme à l’image des MDPH.

La réforme de la formation des professionnels de santé, et plus globalement des acteurs intervenant auprès des personnes autistes, est également suggérée par les parlementaires. Objectif : assurer l’application des recommandations de la HAS élaborée en 2012.

Quant à l’information, pour les familles et les professionnels intervenant auprès des personnes autistes, les parlementaires proposent d’éditer deux annuaires :

  • le premier pour recenser les formations initiales et continues prenant en compte les connaissances actualisées des neurosciences et intégrant les recommandations de bonne pratique ;
  • le second pour répertorier les structures disposant de personnel formé à l’autisme et des professionnels libéraux ayant reçu une telle formation.