Partager cette page
logotype-nexem-cmjn-01-300x132
6 mars 2018

Formation professionnelle : 12 mesures pour une simplification du système

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a présenté les grands axes de la réforme de la formation professionnelle ce 5 mars 2018, un des trois piliers de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Clarté et accessibilité pour les salariés sont les maîtres mots de ce projet.

Muriel Pénicaud a présenté la réforme de la formation professionnelle lundi 5 mars 2018. ©MurielPénicaud

C’est un véritable défi que se lance le gouvernement avec cette réforme, dont l’enjeu est triple :

  • investir massivement dans la formation et les compétences. L’objectif est d’impulser collectivement les changements de l’économie de la connaissance, plutôt que de les subir ;
  • donner à chacun la liberté de choisir son avenir professionnel et la capacité de construire son parcours. L’objectif est de créer ou de saisir les différentes opportunités professionnelles qui se présentent ;
  • protéger les plus vulnérables contre le manque ou l’obsolescence rapide des compétences et vaincre ainsi, enfin, le chômage de masse.

12 mesures concrètes pour transformer la formation professionnelle

  1. Tous les salariés verront leur compte personnel de formation (CPF) crédité de 500 € par an pour choisir leurs formations librement.
  2. Pour les salariés non qualifiés, 800 € par an, plafonnés à 8 000 €, leur permettront de changer de catégorie professionnelle.
  3. Tous les salariés à temps partiel, qui sont en majorité des femmes, auront davantage de droits.
  4. Le CPF de transition apportera davantage de droits pour les formations longues.
  5. Les formations seront facilement accessibles et évaluées en toute transparence, notamment grâce à une application mobile.
  6. Un nouveau conseil en évolution professionnelle sera créé pour accompagner les salariés. Il concernera notamment l’évaluation des compétences du salarié, la définition de son projet professionnel, les formations disponibles…
  7. Les demandeurs d’emploi auront davantage accès à la formation, dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences. 1 million de demandeurs d’emplois peu qualifiés et autant de jeunes éloignés de l’emploi supplémentaires seront formés pendant le quinquennat.
  8. Les TPE et PME bénéficieront d’une solidarité financière des grandes entreprises pour faciliter l’accès de leurs salariés à la formation.
  9. Simplification : les entreprises ne paieront plus qu’une seule cotisation, la cotisation formation professionnelle, au lieu de deux aujourd’hui (1 % formation et taxe d’apprentissage).
  10. La cotisation formation professionnelle sera automatiquement collectée par les Urssaf, ce qui simplifiera les démarches administratives des entreprises.
  11. La construction du plan de formation sera fortement simplifiée.
  12. L’innovation pédagogique sera libérée et encouragée.

Ces mesures auront un impact important sur la structuration du secteur ; Nexem va, par conséquent, investir ce sujet.

Pour aller plus loin