Partager cette page
logotype-nexem-cmjn-01-300x132
2 mars 2018

Violences faites aux enfants : le gouvernement poursuit sa mobilisation

Ce 2 mars 2018 se tient la Journée nationale de lutte contre les violences faites aux enfants. L’occasion pour Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, de faire un point d’étape sur la mise en œuvre du premier plan interministériel de mobilisation 2017- 2019 sur ce sujet. Un an après son lancement, la mobilisation des acteurs intervenant auprès des enfants est toujours d’actualité.

Des violences intrafamiliales encore taboues

De nombreux enfants continuent d’être victimes de violence, à un niveau qui n’est pas tolérable. Je ferai donc de cette lutte contre les violences ma priorité absolue, mon combat. Agnès Buzyn

Le plan interministériel a pour objet de se centrer sur les violences faites aux enfants dans le cercle familial, de toutes natures – physiques, psychologiques, sexuelles et les négligences. Il a été élaboré en concertation avec de nombreux experts (médecins, psychologues, magistrats…), des associations et des victimes.

De manière opérationnelle, ce plan comporte 23 mesures, déclinées en 72 actions.

Pour accompagner de façon régulière la mise en œuvre du plan, un comité de suivi piloté par la DGCS a été installé en mai 2017. Les membres de ce comité de suivi sont les institutions et associations pilotes d’actions du plan.

Un plan en quatre axes d’intervention

  1. Améliorer la connaissance et comprendre les mécanismes des violences. Un travail de mise en réseau des données produites par différentes institutionsa été impulsé par l’ONPE  en 2017. Le travail va se poursuivre au sein d’un comité d’experts national piloté par l’ONPE et la Drees.
  2. Sensibiliser et prévenir les parents, les professionnels et l’opinion publique. Des actions sont en particulier menées pour prévenir l’exposition des mineurs à la pornographie.
  3. Former pour mieux repérer. Parmi les actions réalisées en matière de formation, on retient notamment l’intégration de la thématique des violences dans des référentiels de formation des professionnels de santé et des travailleurs sociaux.
  4. Accompagner les enfants victimes de violences. De nombreux travaux sont en cours sur cette thématique. A retenir : la rédaction d’un cahier des charges en vue de développer l’offre de soin pour une prise en charge spécifique des psycho-traumatismes liés à la violence.

Pour aller plus loin