Partager cette page
logotype-nexem-cmjn-01-300x132
14 décembre 2017

Nexem expérimente la robotique pour l’accompagnement des enfants avec autisme

Depuis le 4 décembre 2017, cinq associations adhérentes de Nexem, réparties dans quatre régions[1], testent l'utilisation du robot Leka auprès d'une vingtaine d'enfants avec des troubles du spectre de l'autisme (TSA). Cette expérimentation s'inscrit dans le cadre d'un projet porté par Nexem en partenariat avec la start-up française Leka, créatrice du robot, et AG2R LA MONDIALE. L'objectif est de proposer aux professionnels médico-sociaux et aux parents, un outil éducatif adapté aux enfants avec TSA et de contribuer à la réflexion sur les apports de la robotique pour l'accompagnement des personnes handicapées.

5 associations adhérentes de Nexem testent l’utilisation du robot Leka auprès d’enfants avec des troubles du spectre de l’autisme. Crédit photo : Leka

Avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE, Nexem accompagne pendant 3 ans (2016-2018) la start-up française Leka, créatrice du robot éponyme, dans la conception, l’expérimentation et l’évaluation d’applications ludo-éducatives intégrées au robot, et adaptées aux particularités des enfants avec autisme. Cet accompagnement s’appuie sur l’expertise scientifique du CERPPS, laboratoire rattaché à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès qui réalise l’évaluation, et sur les recommandations d’un comité d’experts rassemblé par Nexem et Leka. Celui-ci est constitué de représentants des personnes avec TSA et de leur famille, de responsables d’établissements et de services médico-sociaux, de praticiens et de chercheurs en sciences humaines.

Des parcours éducatifs conçus avec les professionnels médico-sociaux

Petit robot sphérique interactif, Leka est doté de fonctionnalités multi-sensorielles personnalisables. Celles-ci ont été mises au point pour susciter l’intérêt et la curiosité des enfants avec autisme. Leka favorise ainsi l’apprentissage et l’interaction sociale. Il est connecté à une tablette tactile qui propose des jeux pour apprendre de manière ludique et des parcours éducatifs progressifs. Ceux-ci ont été conçus avec des professionnels médico-sociaux et le concours du CERPPS, dans un constant aller-retour entre la théorie et le terrain.

Structurés selon l’approche des méthodes comportementales et développementales recommandées par la HAS et l’Anesm, ces parcours visent à aider les enfants avec TSA à coordonner leurs mouvements dans l’espace, formuler une demande, interagir avec l’autre et entrer dans la communication verbale.

Une expérimentation évaluée scientifiquement

L’expérimentation in situ du robot doté de ses applications, qui se déroule jusqu’à fin mars 2018, fait suite à deux années de cadrage du projet et de conception des parcours. Les professionnels impliqués observent un protocole de recherche précis, élaboré par deux enseignantes-chercheuses du CERPPS. L’objectif est d’évaluer scientifiquement les apports de l’outil pour l’engagement des enfants avec TSA dans les apprentissages, la socialisation et la généralisation des compétences. L’évaluation permettra aussi de recenser les apports pour les pratiques professionnelles.

Ces enseignements permettront d’enrichir les parcours et les interfaces applicatives. L’outil sera ensuite validé avec l’appui du comité d’experts. L’ensemble des résultats sera consolidé à la fin de l’année 2018, puis diffusé largement.

Au-delà de l’évaluation scientifique, les associations expérimentatrices sont libres d’utiliser le robot avec des enfants ayant d’autres particularités ou retards de développement. L’expérimentation permettra ainsi de contribuer aux travaux sur l’intérêt de la robotique et du numérique pour l’accompagnement des personnes handicapées

Pour aller plus loin

 

[1] Dans le Grand Est : l’Adapei Les Papillons blancs d’Alsace à Didenheim et l’association Adèle de Glaubitz à Strasbourg. En Occitanie : l’Apeai Ouest Hérault à Montflourès. En Bretagne : l’association Ar Roch (Ille-et-Vilaine). Dans les Hauts-de-France : Les Papillons blancs de Dunkerque.