Partager cette page
logotype-nexem-cmjn-01-300x132
6 juillet 2018

Le Territoire de Belfort, premier site expérimentateur de la démarche “Territoire 100 % inclusif”

Ce 5 juillet 2018, Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, a lancé la démarche "Territoire 100 % inclusif". Celle-ci entend renforcer l'innovation départementale au service d'un parcours "fluide et adapté" pour les usagers. Et appelle le médico-social à revisiter ses pratiques.

La démarche « Territoire 100 % Inclusif » vise à améliorer la participation et la coordination de tous les acteurs engagés dans le parcours de vie d’une personne handicapée – école, entreprise, loisirs… L’objectif ? Lutter contre les ruptures de parcours. Les enjeux ? Mieux identifier les conditions de réussite, les bonnes pratiques et les freins à la réalisation de la société inclusive.

L’ensemble des acteurs est concerné par cette démarche : État et collectivités, associations, personnes, professionnels de santé, acteurs économiques et tout autre acteur pertinent dans le parcours de vie des personnes.

De premières pistes d’action en juin 2019

“Je compte sur le territoire de Belfort pour être un incubateur de cette démarche et un accélérateur de bonnes pratiques, que nous pourrons ensuite généraliser sur l’ensemble du territoire français », Sohie Cluzel

Dans la ligne de la démarche Rapt, le dispositif est d’abord expérimenté dans le Territoire de Belfort. Il le sera ensuite dans plusieurs autres territoires pilotes, avant d’être généralisé à l’ensemble du territoire français. Dans ce département, la démarche se structure selon les cinq axes définis par le CIH le 20 septembre 2017.

Cependant, le conseil départemental du territoire précise qu'”il y a un certain nombre de choses que l’on fait déjà. Le fait de rentrer dans ce dispositif nous poussera donc surtout à optimiser notre politique et à accroître la transversalité”. Huit mois sont prévus, à partir de septembre, pour décliner une série de fiches actions, les quantifier et les chiffrer. Les groupes de travail thématiques devraient donc livrer des pistes d’actions concrètes début juin 2019.